Izia en concert à La Rcohelle

Izïa à La Sirène par Magali

Ca y est, 3 ans après la fin de « La Vague Tour », Izïa revient enflammer les scènes de France (et d’ailleurs) avec sa solide « Citadelle ». Et quoi de mieux que La Sirène (également lieu de résidence du groupe) pour lancer la machine ? Le concert affiche complet, et pour cause, le public attend ce retour impatiemment. La 1ère partie est assurée par Henry, Audrey de son prénom (déjà aperçue aux côtés des NNBS ou de Jeanne Added), qui nous fait partager ses mélodies pop/électro planantes, et ça marche !

Après une longue introduction, le groupe entre en scène, et c’est le très émouvant « Dragon de métal » qui ouvre le set avec douceur et puissance. Puis la salle explose sur « Trop vite » et ses « hey hey » repris en cœur. Les titres s’enchaînent, le public se lâche, la part belle est faite aux nouveaux morceaux, mais les plus anciens comme « Let me alone » ou « Baby » ont également leur place dans une set list efficace où rien n’est fait au hasard. Accompagnée de ses nouveaux et talentueux musiciens, Izïa prend possession de la scène comme elle le fait si bien. Elle est dans son élément, et donne tout à son public qui chante et danse avec elle.

Au-dessus de la scène, un plafond lumineux accompagne les musiciens et donne le ton au fur et à mesure des morceaux. Ambiance disco sur « Sous les pavés » ou intime sur « Sunset », ce nouvel élément fait partie intégrante du show. « Sentiers » joué en milieu de set, tire son épingle du jeu autant sur l’album qu’en live. Ses rythmes endiablés emmènent le public avec facilité, et l’enchaînement avec l’excellent « Reptile » nouvelle version est d’une logique imparable. Les instrus se déchaînent, la salle ne touche plus terre. Le calme revient avec le langoureux « Sugar Cane » dont le 1er couplet sera chanté par le public sous les yeux d’une Izïa émue. Après une reprise surprise, le concert se termine avec la tendresse de « Que tu saches ».

Les années passent, la musique d’Izïa évolue et son talent d’écriture se révèle en même temps que sa musique met en avant la beauté et la puissance de sa voix. Une énergie qui reste intacte en live. Son amour de la scène et du partage est indéniable. Alors vous aussi, allez voir Izïa en concert et vous verrez, ça fait du bien !

 

Claviers : Julia Jérosme

Basse : Bastien Burger

Guitare : Clément Fonio

Batterie : Nicolas Musset

Post par Magali, passionnée de musique et Enfant du Rock !

1Commentaire
  • Cecile

    Un article remarquable par sa justesse, plein d’émotion et d admiration. Bravo.

Laisser un commentaire

Les Enfants du Rock

GRATUIT
VOIR